le sixième dalaï-lama, Zhao Ze et Guo Qiang

le sixième dalaï-lama

2f02f3_a58b1df3567c4464a4f0a230c48aec70~mv2Une bande dessinée chinoise, c’est rare mais ça fait plaisir ! Sortie chez nous en aout 2016 de Zhao Ze et Guo Qiang.

La traduction est très bonne : les textes n’ont ni lourdeur ni incongruités. En un mot je dirais que l’adaptation de Nicolas Henry et Si Mo me semble bonne ! Je ne connaissais pas les éditions Fei, mais je dois avouer que c’est une vraie pépite ! Avant d’aller plus avant dans ma chronique je vous assure qu’elle vaut le coup et que vous feriez bien de filer dans la librairie la plus proche pour vous la procurer (haha) !

Il s’agit d’une biographie, celle du Sixième Dalai-lama (non sérieusement ?).

Nous suivons dans ce premier tome un petit garçon qui travaille au champs, qui rencontre une petite fille assoupie sous un arbre… et les aventures qui en découlent. Les amitiés qu’ils tissent, sur fond de Tibet du XVIIème siècle ce qui nous change ! J’avoue que je ne connais que très peu cette période mais c’est avec plaisir que je m’y suis plongée : le rôle des institutions bouddhiques dans la politique, les rivalité entre les peuples, ce n’est qu’évoqué mais suffisamment pour intéresser. J’ai une mention spéciale pour les remarques faites au sujet de la lecture,

2f02f3_a3f2c723e073471ab0c38457230dd721~mv2L’aventure est délicate, assez poétique dans ses détails, nous offrant une belle palettes d’émotions. Les relations entre les personnages m’ont beaucoup plus, c’est assez rare d’atteindre tant de réalisme et de finesse… surtout quand on s’adresse aux enfants (le public indiqué serait plutôt les 10-16 ans mais je pense qu’on peut sans soucis raconter cette histoire à des plus jeunes. Au contraire le début de l’adolescence étant réfractaire aux aspects enfantins j’ai plus de doutes). J’ai donc assez hâte de lire la suite (il reste deux tomes avant la fin de l’histoire).

Cette histoire reste assez simple, mais elle est portée par de superbes images.

Les illustrations (de Zhao Ze) sont de magnifiques peintures à la main (à l’encre rehaussée de gouache je dirais). Chacune est une merveille, ça fait plaisir de voir les petites imperfections : une couleur qui déborde un peu, une pigmentation dans un ciel, bref tous ces détails qui nous montrent qu’un humain a travaillé dur pour qu’on puisse profiter de ces planches. On notera aussi le tour des cases qui est lui aussi tracé manuellement ! ça doit faire des années que je n’en avais pas croisé… Cela respire le fait main, et donne un aspect : confidence à l’ensemble… comme si les auteurs s’asseyaient à coté de nous pour nous raconter cette histoire.

J’ai particulièrement aimé les décors : les drapeaux de prières et les temples offrent des couleurs qui contrastent merveilleusement avec les paysages de montagne. Les personnages sont très expressifs, et si quelques cases m’ont semblerais moins « abouties » peut être moins justes, l’ensemble est vraiment de très bonne qualité !
C’est pour elles que j’ai craqué pour cette BD, la couverture est vraiment belle, et je l’ai ouverte au hasard… sur une double page de décor nocturne. J’ai été soufflée ! et le reste de l’ouvrage ne m’a absolument pas déçue.

2f02f3_4e0c7bab493844958c55576d8f5a5576~mv2Le travail éditorial qui entoure tout cela est très soigné : la reliure est solide, le papier est épais et l’impression est nickelle. Si le format est classique (bien qu’un peu petit en 19 par 28cm), il nous offre des pleines pages qui sont un vrai plaisir ! La couverture est cartonnées, épaisse… et TOILÉE ! Hé oui chez nous aussi ça arrive ! Le toilage est bien relié aux pages couleurs, bref je retiens cette maison d’édition, elle se consacre à l’adaptation chez nous d’ouvrage chinois, et semble avoir un chouette catalogue… Affaire à suivre !

Enfin le lettrage est bon, pas de soucis à noter : tout est lisible.

Cette bd est à retrouver ici : http://www.editions-fei.com/#!le-sixieme-dalai-lama-t1/p3epv

Il y a un extrait gratuit si ça vous branche et le communiqué de presse est disponible au même endroit !

Publicités

3 réflexions au sujet de « le sixième dalaï-lama, Zhao Ze et Guo Qiang »

  1. Pour les petits, pas trop pour les ados, mais peut être quand même pour les plus de 50 ans ? En tout cas les images sont superbes, et la description donne envie de le lire. Merci de nous le faire connaître !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s