À rebours, Huysmans (1884)

003142242.jpgIl s’agit d’un roman qui nous raconte la vie de Des Esseintes un dandy quittant Paris pour fuir le monde. Il se fait alors arranger une demeure en forêt, loin de toute présence humaine à l’exception d’un couple de domestiques liés à sa famille. Il s’entoure de livres (principalement de littérature latine de l’époque de la décadence…) et tourne en rond dans cette maison qu’il a fait décorer avec soin. Il élabore peu à peu un mode de vie, prévu pour optimiser son temps d’inoccupation et « calmer » ses angoisses. Sans vous en dire plus, je dois avouer que la fin m’a bouleversée pendant plusieurs jours. Entre enthousiasme et coup de blues bien violent. Soyez prudent et ne le finissez pas à la légère…

Nous suivons ses réflexions, ses souvenirs, ses regrets… et sa folie naissante. Il nous racontes tout ce qui lui a fait fuir la société… Malheureusement bien des points ont peu évolués depuis ! Que ce soit l’égoïsme, le désir de conquête, les trahison etc.. Si tout se passe dans les salons branchés de l’époque nous pouvons sans peine déplacer l’action.

On sent dans ce non héros toute la difficulté d’être profondément timide, profondément peu sûr de soi dans un monde qui exige l’excellence en remettant les « intellectuels » ou du moins ceux qui ont besoin d’espace pour penser. Il y a dans son sentiment d’exclusion ce que tout « intellos » ou bon élève a ressenti dans le harcèlement scolaire le plus commun.

Ce livre me plait non pas pour son action (assez inexistante soyons honnête) mais pour l’amour des livres qui y est dépeint, comme une planche de salut nécessaire à celui qui a perdu foi en ses contemporains. Le réconfort qui lui est ainsi offert bien que pompeux est fiable et sûr.

C’est au final au coeur d cet édifice qu’il se sent le mieux.

Des Esseintes parle avec une grande tendresse de ses exemplaires, il a souvent eu du mal à trouver LA bonne version, l’Édition qui lui correspondait… Comment ne pas tomber amoureuse de cette chasse ?! Ses considération sur l’importance de l‘aspect du livre, de son ergonomie, pour l’expérience de lecture ont touché juste chez moi.

Ce livre m’a été conseillé par mon professeur de Latin, celui qui a su me faire aimer la littérature à la folie.. et l’assumer ! Alors même s’il ne me lit pas aujourd’hui je tenait à le mentionner ! J’ai souvent à mon tour conseillé ce livre, avec tout mon amour et mon enthousiasme, et certains ont été déçus : trop long, trop érudit, trop obscure… Non. Ce livre est un message de détresse d’un bibliophile à ses semblables. A notre époque il aurait sans doute même pas eu la force de l’écrire face aux poches reliés avec de la mauvaise colle qui perdent leurs pages au bout de dix ans, dont les pages jaunissent extrêmement vite. Que dire alors de mon porte feuille qui ne m’a permis d’avoir ce livre qu’en format poche (chez Gallimard Flammarion) ?? C’est un des plus gros regret de ma bibliothèque : je n’ai jamais trouvé une version qui me plaise de ce livre que j’adore. Je m’ne fabriquerais sans doute une un jour !

En attendant celle-ci n’est pas trop mal pour ce qui est du texte lui-même : la typo est basique mais efficace, les interlignes minimaux, les dossiers sont assez complets, le chapitrale est bon. Rien d’exceptionnel mais pas de soucis majeur non plus.

Je ne saurais me retenir de vous conseiller fortement de le lire au moins pour vous faire un avis !
et de m’indiquer les références d’un potentielle belle édition (haha).
si le sujet vous intéresse en jeunesse Cornélia Funk nous a offert une trilogie magnifique : Coeur d’encre, sang d’encre et mort d’encre, qui traite également du pouvoir des livres et du bonheur que l’on peut avoir a les accumuler infiniment…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s