Ojingogo, Matthew Forsythe (2009)

9782353480166Il s’agit d’une Bande Dessinée initialement publiée sur internet (sur le site de l’auteur). Ce format se ressent dans l’oeuvre imprimée, parue chez Le petit lézard, on sent le découpage en épisodes, fonctionnant par eux-mêmes. Je ne la suis pas sur internet, mais il me semble qu’il y a une suite à ce tome ! à voir, personnellement je préfère les livres que je peux tripoter et garder sur mes étagères…

Elle nous raconte l’aventure d’une petite fille très expressive et courageuse dans un univers où TOUT (mais vraiment tout) veut la manger. L’aventure est divisée en chapitres, chacun nous emmenant dans une aventure différentes, généralement avec des antagonistes différents.

Elle rencontre de nombreux monstres, du petit poulpe trop mignon au géant plein de dents, sans oublier les petits monstres, momies, etc (je n’en irais pas plus ce serait dommage de tout dévoiler!).

Cet oeuvre n’a quasiment aucun texte, l’histoire ne passe pas par une narration textuelle, notamment parce que notre héroïne n’a personne à qui parler. On a bien quelques cris ou onomatopée, cela reste assez « rare » assez périphérique.

mf2

J’ai apprécié l’efficacité de la narration : les illustration sont suffisamment pertinentes pour qu’on suive parfaitement l’aventure. C’est je trouve bien rare de croiser des héroïnes fortes, surtout des petites filles qui se débrouillent toutes seules, qui gèrent, et n’ont besoin de personne. Celle ci est si mignonne et expressive que… que j’ai fondu littéralement lors de ma lecture. Un micro bémol pour ses pieds, mais je comprends tout à fait le soucis d’avoir de tout petits pieds haha !
Le style du dessinateur me plait bien aussi, étant très clair, avec de nombreux traits, c’est très efficace, et le gris qui sert d’ombrages et de textures, est bien employé.

ojingogo1L’auteur travaillait alors en Corée du Sud (en temps que professeur il me semble) désormais il est de retour au Canada et ses illustrations paraissent dans de nombreux magazines.

Ce livre est entièrement en noir et blanc (à l’exception de la couverture). L’édition est vraiment chouette, la reliure tient bien le coup, le papier est épais, l’impression est bonne. J’aime bien les rabats de la couverture, ce n’est pas grand chose mais c’est assez agréable. On peut noté que cet auteur a été sélectionné pour deux Eisner Awards et a remporté un Dough Wright Award… Ce qui est un gage supplémentaire de qualité 😉

On peut noter qu’il y a moyen de trouver ce livre à petit prix dans de nombreuses librairies « braderies » donc il n’y a aucune excuse pour passer à coté !!

À retrouver sur le site de l’éditeur ici.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Ojingogo, Matthew Forsythe (2009) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s