Hogfather, Pratchett (1997)

 

39077568z.jpgEn français paru sous le titre du Père Porcher.

Je l’ai cependant lu en anglais chez Gollacz (comme tous les autres volumes que je possède des chroniques du disc world). Il s’agit du 20ème tome… Bon ça fait un gros écart avec ma lecture suivie mais il n’y a pas vraiment besoin d’avoir une forte continuité pour comprendre et rentrer dans cette histoire.

J’ai à la base décidé de briser mon habitude de progresser dans l’ordre pour une lecture commune du forum Livr’addict (à lire par ici !).

Au passage ce livre comptera pour l’ABC challenge pour la lettre P, plus d’info en fin d’article.

 

Le père Noel a disparu.

Ce qui est fâcheux puisqu’il doit s’acquitter de sa tournée ce soir même !

La Mort prend donc sa place pour une fois…

Nous suivons la petite-fille de la Faucheuse qui fait ce qu’elle peut pour sauver le père Noël avec divers dieux et croyances s’incarnant de manière aléatoire tout autour d’elle… tout en chassant les Croque-mitaines qui viennent sans cesse embêter les enfants (elle est nourrice).

Bien sur elle passe par l’Unseen University, et par le palais de la Mort. Nous sommes donc bien à Ankh-Morpakh, ce qui fait plaisir .

J’aime revenir régulièrement dans cet univers pour y suivre diverses histoires qui le font vivre… et si on y croit tous assez fort peut-être s’incarnera-t-il ce monde ? 😉

Pour faire court ce roman est passionnant, et j’aime toujours autant le personnage de la mort. L’idée qu’elle étudie les humains et se passionne pour nous me plait.

Je suis contente de pouvoir entrer et sortir de cette univers au gré de mes envies sans forcément suivre les tomes indiqués… Même si finalement cela reste la meilleure façon de faire je pense pour bien suivre les développement des uns et des autres…

L’écriture de Pratchett est folle : on est emporté dans cet univers (plus ou moins) cohérent qui nous semble tout à fait probable… de toute façon avec le probabilité on ne sait jamais à quoi s’attendre ! J’aime que dans des romans fantasy un auteur élabore un moment quasi miroir du notre. C’est sans doute pour ça que je lis peu à peu toute la saga 🙂

Ce livre m’a fortement rappelé le film « les 5 légendes » de Dreamworks qui s’ils ne raconte pas tout à fait la même histoire parle également de la disparition des incarnation des croyances quand les gens cessent d’y croire… mais la présence de PitchBlack y était bien plus intéressante ! Ici il est plus misérable et gentiment drole qu’une véritable menace, mais pas d’inquiétude il y a de vrais méchants pour compenser notre gentil monstre de dessous le lit.

On peut également penser à « American God » de Neil Gaiman sur ces questions de croyance… qui est un excellent roman aussi passionnant qu’il est long. Il en existe une superbe édition chez Headline, illustrée pas Daniel Egnéus. j’en ai déjà parlé (la semaine dernière) l’article est juste ici.

Je parle de ce livre dans le cadre de l’ABC Challenge 2017, j’en suis là :
lu : 5/26 ACE – G – P
genres : 3/5 (Poésie / Policier / Fantasy)
pages : 1748/5000

Publicités

8 réflexions au sujet de « Hogfather, Pratchett (1997) »

    1. ca se lit très bien, c’est passionnant et relativement en dehors de a chronologie des Chroniques du DiscMonde. donc lisible même si on a pas tout lu, et finalement je pense que c’est un bon point d’entrée aussi bon que le tome 1 pour moi 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s