451 fahrenheit, Bradbury (1955)

 

9780007491568J’ai lu ce livre suite aux « conseils » de Neil Gaiman (dans The View From the Cheap Seats !) où il nous explique à quel point ce livre est génial qu’il faut le lire sans délais…
J’avoue que j’en avais envie depuis un moment et que ces textes m’ont poussé à bout haha !
Alors quand je l’ai trouvé chez Shakespeare and co dans la belle édition d’Harper Voyager, j’ai craqué !

Nous suivons Guy Montag, un pompier qui brule des livres ! Car oui maintenant les pompier allument les feux… Il développe peu à peu des doutes quant au bien fondé de sa mission (on s’en poserait à moins!) et se retrouve à cacher des livres chez lui qu’il sauve des autodafés.
On passe beaucoup de temps avec lui chez lui, avec sa femme absorbée corps et âme par la culture de masse (radio et TV) au point de se foutre complètement de son mari, de ce qui l’entoure et même de la guerre qui frappe la ville !
On est plongé dans un monde creux où la conscience personnelle a été détruite (pour la plupart des gens), les jeunes sont endoctrinés dans des écoles pleines de vidéos, les femmes se retrouvent pour regarder la tv sans se préoccuper le oins du monde du destin de leurs maris… une belle ambiance de joie !

J’aime bien le rapport à la mémoire qui se développe petit à petit : tant qu’il est plongé dans l’acceptation il ne se souvient de rien. A un moment il se rend même compte qu’il ne sait même plus quand ni comment il a rencontré sa compagne ! Et puis plus il en sort plus il parvient à garder des choses en tête. A la toute fin cet instant lui revient en mémoire… comme quoi ce n’est pas perdu !

// section spoilers extremes //

Je trouve très intéressant que l’auteur donne la parole au capitaine des Pompiers : qui explique son pont de vue, son désir de préserver le « fun » et le divertissement globalisé. Comme j’aime qu’il soit contre dit par le Professeur. Les gens ont arrêté de lire avant même que le gouvernement prennent leucose en main : je trouve ça révélateur ! ils ont accepté l’interdiction parce qu’elle ne faisait qu’appuyer ce qu’ils avaient instinctivement mis en place…

J’ai été très touché par les figures de professeurs qui résistent, qui parviennent à sauver le savoir. Que ce soit Fabre qui aide Montag mais qui est terrifié, et qui peu à peu sort de sa torpeur et rejoint l’action. Il est « vrai », je comprends ses choix, je sens sa peur.

Les communautés qui sont sortis du système et vivent « à la campagne », en dehors des métropoles, apportent la dose d’espoir minimale pour qu’on ne referme pas le livre complètement à plat. J’aime que ces gens se consacrent en grande partie à la conservation du savoir, par le par coeur notamment. La fin développe une vision cyclique d’ »âges sombres » où la culture est mise à mal, me plait. Se dire que des alternatives existeront toujours, qu’une forme de résistance se mettra toujours en place est rassurant quand on est confronté à ce monde trop semblable au notre et qui me semble une « anticipation » pour bientôt…

// fin du spoil ! //

L’écriture colle parfaitement à l’ambiance et sait retranscrire l’abrutissement des gens. Je l’ai lu en Anglais je ne sais pas ce qu’il en est des traductions mais le texte est superbe ! et se lit sans difficulté : tous les « effets » sont très naturels et semblent véritablement appartenir aux personnages.

L’édition est super : marges larges, pages aérées et couverture toilé rigide ! un très bel objet 🙂

Décidément une fois de plus je suis d’accord avec Gaiman : tout le monde devrait lire ce roman… résister pour sauver la culture ça me parle (quelle surprise!) !

Vraiment un sublime ouvrage que je recommande à tous les lecteurs, à tous ceux qui aiment le savoir… et aux autres aussi, autant les prévenir !

 

logoabcJe parle de ce livre dans le cadre de l’ABC Challenge 2017, j’en suis là :
lu : 6/26     A –B – C – E – G – P
genres : 4/5 (Poésie / Policier / Fantasy / SF )
pages : 1974/5000

Publicités

8 réflexions au sujet de « 451 fahrenheit, Bradbury (1955) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s