Croire au merveilleux, ono-dit-biot (2017)

couv31901907.jpgCe roman m’a profondément touché.

Je l’ai choisi sur son titre : « croire au merveilleux », c’est magnifique comme idée ! et pour le moins nécessaire…

Et puis je l’ai lu, je l’ai lu d’une traite comme s’il fallait impérativement que je le dévore en entier avant de pouvoir reprendre le fil de mon existence.

On suit un jeune père de famille qui vient de perdre sa femme, qui n’arrive pas à faire face à son deuil et qui décide d’en finir… mais qui en est empêcher par « sa voisine de pallier ».

« Pénélope m’a planté » cette phrase arrive au tout début, et voilà, mon coeur ne pouvait que s’éprendre de ce livre !

Le texte s’émaille de références à la littérature et principalement à l’antiquité grecque. Tout y tombe parfaitement à sa place pour éclairer la vie du narrateur. Tout fait écho aux réflexions de Deforge quand il explique la permanence de l’efficacité psychologique des mythes (plus d’infos ici) mais la force du récit romanesque démultiplie l’efficacité du propos.

L’écriture à la première personne est très poignante : pendant toute ma lecture j’étais cet homme qui essaie de gérer sa paternité du mieux qu’il peut. On est dans sa peau au point de ressentir peu à peu la vie revenir en lui, son corps se réveiller et son esprit se reconnecter sur la littérature.

J’ai vraiment apprécié la vision de l’enfance, la force qu’il déploie. Malgré tout on sent profondément son amour et sa capacité à être un bon père.

J’ai particulièrement aimé l’homme, l’être charnel qui nous accompagne. Il aime les femmes, il aime leur esprit autant que leur corps et cette jeune voisine est une sorte de femme idéale. Très cliché sans doute, mais parfaitement logique (RAH que j’aimerais en dire d’avantage !)

Les descriptions des paysages sont tout aussi réussi. Moi qui n’aime pas particulièrement le Sud (en bonne fille du nord qui se respecte je préfèrerai toujours l’Ecosse à l’Italie) j’ai vu la beauté de ces endroits où ils se retranche pour soigner ses souvenirs et retrouver celle qu’il aime. Les couleurs de la mer les odeurs de la vie ensoleillée tout y était.

Le style est fort et particulièrement sensuel (un fois encore oui je commence a radoter) ce qui nous immerge totalement.

Bref je ne pourrais que vous conseiller d’arrêter ce que vous êtes en train de faire et de filer dans la librairie la plus proche pour le dévorer.

Il est paru chez gallimard (collection blanche).

[edit] j’ai beau relire cet article il ne me convient pas totalement. Je ne parviens pas a transmettre l’amour que j’ai pour cet ouvrage… je m’en excuse vraiment… et me déçois un peu.

Ce livre sera mon O de l’ABC challenge, un petit récap’ :

logoabc
lu : 11/26     A –B – C – D– E – G – M – O – P –  S – V –  
genres : 8/5 (Historique / Poésie / Policier / Fantasy / SF / Essai / Romance / texte antique)
pages : 3200/5000

Publicités

7 réflexions au sujet de « Croire au merveilleux, ono-dit-biot (2017) »

    1. je n’ai pas une immense culture littéraire ! loin de la ! non franchement je ne pense pas qu’il y est de soucis il sait le faire en douceur et expliquer juste ce qu’il faut

      J'aime

  1. Merci de cette découverte, je viens de lire « croire au merveilleux » et je comprends à la fois ton enthousiasme et l’incapacité à le traduire en mots.
    C’est que ce livre dit toute la vie, le choix de la vie, pour tout ce qui en est le fondement, avec la culture et les grands mythes anciens comme archétypes qui nous fondent et nous construisent, comme l’enfance et l’amour.
    Ce livre est si riche, dit tellement de choses et le dit si bien

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s