Overlord, tome 1 : le roi Mort-Vivant, Kugane Maruyama (2017)

 

couv50757935Il s’agit d’un light novel nous plongeant dans l’univers fantasy d’un jeu vidéo où le personnage principal se retrouve coincé.

Le « light novel » est une forme de littérature populaire, surtout en Asie, mais de plus en plus traduit chez nous. Par exemple cet ouvrage est paru en 2012 au Japon et il y a quelques jours chez nous. Généralement paru dans des magasines, mensuels ou hebdomadaires, parfois, comme ici adapté de mangas (que je n’ai pas lus). Le style se veut très accessible, direct, et lisible par n’importe qui n’importe ou. J’aime bien ce principe de « littérature détente » sans prétention mais divertissante. Parfois ça fait plaisir de plonger dans un univers différent pour y faire une jolie balade.

Malheureusement ce coup-ci j’ai été pas mal déçue.

Le pitch était très alléchant : un jeune homme se retrouve coincé dans l‘univers de son MMO et transporté dans un autre monde. Il doit s’y débrouiller avec ses pouvoirs et ses serviteurs, l’explorer et y faire sa vie d’aventurier mort-vivant surpuissant. Vendeur n’est-ce pas ?

J’étais super motivée : j’avais envie d’un bon roman de fantasy et de combats un peu brutaux, le genre gros divertissement pour oublier mon rapport de diplôme (la technique de pause ultime quoi) alors j’attendais ce partenariat avec impatience ! Je remercie d’ailleurs vraiment les éditions Ofelbe (éditeur de ce volume) et Livr’addict pour cet envoi !

Mais si au début j’ai accroché, je me suis lassé au fil du livre : au départ la curiosité l’a emporté ! Je voulais explorer cet univers et le personnage s’il semblait assez lambda pouvait être assez juste. Petit à petit on est déçu par le peu de réponses que l’on reçoit sur ce monde, bien sûr étant au niveau du héros on ne découvre que ce qu’il sait mais du coup on est un peu sur la touche. C’est dommage parce que le tout semble vraiment riche !

Régulièrement les combats et les aventures sont prenantes, mais ce sont plus des épisodes mis bout à bout qu’un ensemble cohérent. Les coupures sur la « psychologie » des personnages cassent un peu le rythme. C’est dommage ! D’autant que les pouvoirs de Momonga (notre Mort-Vivant en chef) sont tellement supérieurs à ceux de ses adversaires qu’il n’y a pas vraiment d’enjeu. Difficile de s’attacher à un personnage qui ne craint jamais la moindre défaite. Je ne sais pas si ce défaut sera corrigé dans la suite, je suppose qu’en poursuivant son évolution dans ce monde il rencontrera des opposants à sa mesure mais ça semble mal engagé puisqu’il vainc de grands chevaliers (réputés le plus fort du royaume admiré de tous etc) sans grandes difficultés.

Cependant mon soucis est vraiment avec les personnages, au départ tout va bien. Si certains sont clichés ils s’intègrent super bien dans cet univers fantasy… Ce sont bien les PNJ classique que l’on y croise. On suppose qu’ils évolueront puisqu’ils semblent développer des volontés propres, ce qui pourrait créer de vrais enjeux et des développements d’intrigues intéressants : qu’est-ce que ça donnerait si des intelligences artificielles avaient une volonté propre ? Si du jour au lendemain elles prenaient leur indépendance des codeurs ? mais ce n’est pas ce chemin qui est choisi, non, on se concentre sur le désir débordant de démons lubriques.. mais sans le coté sexy ou démoniaque de l’affaire. J’ai plus eu l’impression de regarder une scène de drague difficile et un peu forcée entre adolescents. C’est en grande partie dû au caractère « réel » de Momonga, de l’humain qui l’incarne en tout cas. Il semble assez reclus et finalement incarne le cliché de l’otaku qui n’expérimente la vie que sur un plan virtuel.. il est ainsi complètement étranger aux relations humaines et affirme lui-même qu’il est aussi bien dans ce monde et que personne ne l’attend IRL (in real life). J’aurais préféré que l’auteur appuie moins ce trait du personnages, cela a vraiment fini par me sortir de l’histoire. Je n’avais plus aucune envie de suivre ce héros beaucoup trop fort, incarné par un humain un peu trop nul.

Ce n’est pas les seuls moments étranges, je pense par exemple aux combats entre les filles du jeu pour savoir qui se reproduira avec Momonga, personnages féminins qui n’ont pas d’autres enjeux véritables que ça. Je ne sais pas si c’est sensé être drôle ou divertissant mais personnellement qu’une ado de 14/15 ans parle de l’état de sa culotte à la vu d’un squelette… vraiment ça ne m’enjaille pas.
FullSizeRender 2
Sur le plan éditorial par contre le boulot est soigné et abouti : si l’ensemble a un petit air de brique le texte est bien découpé ce qui permet une lecture fluide et les illustrations de Sô-bin sont un vrai plus.  On en a deux grandes au début et à la fin de l’ouvrage (sous forme de dépliants) et une pleine page au début de chaque chapitre, c’est cool ! et puis ça permet de mieux visualiser les personnages. A la toute afin (après l’épilogue du « deuxième livre ») on a également des fiches personnages, comme dans un vrai jeu de rôle, illustrées. Ce sont des petits plus vraiment agréable. L’objet est vraiment agréable, même si la couverture est un peu confuse (j’en parlais dans le TAG sur les couvertures) et puis la tranche est vraiment classe. Avec ce premier tome j’ai également reçu un poster, qui doit être vendu avec si j’ai bien compris.DCmain.jpg

Pour moi c’est un flop. Je n’ai pas apprécié ma lecture, même en repensant aux moments épiques ça ne rattrape pas le reste ! Je me demande où s’arrête l’excuse du « mais c’est du light novel, c’est pour le fun ». Ce roman est sexiste et sexualisant, souvent violent, et assez méprisant : je veux dire par la que le protagoniste utilise les autres à ses propres fins sans vraiment se poser de questions, qu’il sacrifie des gens juste pour tester sa puissance…

J’aurais vraiment aimer vous faire une chronique positive, vous parler d’un bon roman pour l’été…

A moins d’être fan des mangas, ou des univers de MMO médiéval-fantasy, je ne sais as si ce roman peut vous plaire. Il est d’ailleurs déconseillé aux moins de 14 ans.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Overlord, tome 1 : le roi Mort-Vivant, Kugane Maruyama (2017) »

    1. comme souvent sur mes chroniques : je donne mon avis. Il est subjectif et correspond a mon ressenti. Bien sur (et heureusement) d’autres ont des avis différents, et je suis vraiment contente que ce livre ait plu ! ce n’est juste pas mon cas et c’est plus honnête de le partager tel quel, je pense.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s