La menuiserie, Aurel (2016)

 

9782754814263.gifOn suit ici la fin de vie d’une menuiserie familiale aux alentours de Grenoble. Cela nous est raconté de l’intérieur : par les yeux du fils « qui ne reprendra pas la menuiserie ». Son père part à la retraite et aucune solution n’a été trouvée : pas de SCOP, pas de repreneur. Il va falloir fermer.

On suit tour à tour les différents employés : ceux qui sont aigris, ceux qui rêve de la suite, chacun ayant ses raisons de ne pas reprendre l’ensemble.

On découvre leurs histoires, leur intimité : celui qui passe son temps à s’occuper de ses arbres dans sa ferme, le passionné de course à pied, celui qui vient du Maroc et qui est prêt a bouger à nouveau, celui qui fait ça pour changer de commercial mais sans formation adéquate…

Ils sont tous différents et vraiment crédibles, on sent la réalité des êtres qui les ont « inspirés ». Que ce soit sur les apprentissages, la transmission au sein de l’entreprise, les tensions qui sont nées avec cette fin. La force de cette famille, de sa famille, apparait doucement. La grand-mère qui a soutenue l’ensemble à la mort de son mari en trouvant toutes les solutions possible pour maintenir l’affaire à flot, le père qui a abandonné ses études d’ingénieur pour reprendre le flambeau… et les enfants qui ne s’en sentent pas les épaules, qui sont partis, qui ont fait d’autres choses de leurs vies. Il y a une sorte de tristesse dans cette fermeture, sue la perte d’un héritage humain concret qui créera un vide dans la région. Qui n’en a visiblement pas besoin !

Le dessin en noir et blanc est dynamique et efficace. Bien campé que ce soit sur les détails du métier ou sur les portraits. D’ailleurs à la fin on a une notice qui détaille bien les machines évoquées au fil du récit. Le découpage est assez classique mais efficace et permet de suivre l’ensemble facilement. Les textes écrits entre les chapitres complétaient aussi les témoignages en les détaillant, ça fonctionne bien ! On entre en empathie avec ce patron qui essai de faire ce qu’il peut, qui se déclare de gauche et qui essaie de faire au mieux pour ses ouvriers. J’adhère bien à sa vision de son travail, être un catalyseur entre clients et artisans. On voit ainsi son acceptation du pvc et de l’alu, des fenêtres toutes faites, etc.

J’aime vraiment l’aspect familial et l’observation de la ruralité actuelle : ça se dépeuple parce que de fait, c’est plus simple d’aller en ville ou d’intégrer de grosses boites. J’aime cette honnêteté. L’observation est directe et semble juste, soutenue par le trait mordant de l’auteur.
Il nous offre une vision réaliste du petit patron local, de l’entreprise à échelle humaine qui permet un travail de qualité bien que cher.

Ce témoignage est intéressant ! parce qu’il nous parle vraiment de notre société, celle qui n’est pas « tendance » qui est simplement l’évolution historique qui meurt doucement… Un recueil historique qui nous attendrira dans quelques années. Il nous rappelle aussi que l’aventure se tente même avec un diplôme d’ingénieur et des études citadines, on peut partir reprendre la menuiserie familiale au fin fond de l’Ardèche. C’est d’ailleurs la conclusion de l’auteur.

Capture-d’écran-2016-03-11-à-18.41.13.png

Vous pouvez retrouver cet ouvrage sur le site de l’auteur par ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s