de l’autre coté des mondes, Coster (2005)

Ce roman auto-édité (si j’ai bien compris !) est assez surprenant il a été réédité récemment et est disponible notamment sur amazon.

cb96f-couv2b2.jpgNous suivons un groupe d’adolescents et leur prof d’histoire dans une petite ville. On découvre peu à peu (je vous en parle parce que c’est exposé dès le tout début) que ce professeur répondant au doux nom de Merlin, a des « pouvoirs » pour communiquer et échanger avec un monde parallèle au notre : Laléa. Bien sûr ce monde est menacé et attend un groupe de sauveurs, qu’une prophétie annonce pour les sortir de l’emprise « maléfique » qui s’étend doucement sur cette campagne idyllique. Les descriptions de lieux sont léchées et fonctionnent bien, elles donnent envie d’aller visiter ce monde « médiéval » (il n’y a pas véritablement de parallèle historique avec notre moyen-âge). Quelques recherches d’explications scientifiques sont soulevées, visiblement résolue à la fin, mais je n’ai pas vraiment compris… Le fait que les personnages cherchent à comprendre COMMMENT CA MARCHE ??? m’a plu  pour une fois qu’ils n’acceptent pas comme une évidence les voyages inter-dimentionnels, leur réaction parait naturelle. Si dans notre quotidien à nous on se rendait compte d’une telle possibilité, il n’y a aucun doute qu’on essaierait de l’expliquer !

L’aventure en elle-même est bien menée, si elle prend un peu trop de temps à démarrer à mon gout, l’auteur peut ainsi bien camper son univers.

Le détail qui différencie ce roman de tous les autres romans de fantasy où des ados lambdas se retrouvent à sauver un monde, est l’handicap de nos héros. Si leur groupe a une cohérence c’est principalement parce qu’ils constituent une classe à part dans leur lycée. Tous en fauteuils, certains cumulent des difficultés d’élocution, ils sont forcément extrêmement enthousiaste pour ce monde dans lequel leur corps n’a plus ces limites.

On les comprend ! Le retour est d’autant plus dur…

Si cet aspect m’a beaucoup plu je suis « obligée » de relevé quelques lourdeurs, surtout au début, qui insistent peut-être trop sur ce handicap. Certaines remarques notamment sur le plaisir d’être debout m’ont paru clichés… J’aurai aimé dire comme les brimades qu’ils subissent mais je pense qu’au contraire elles sont loin de la vérité tant les ados peuvent être méchants avec ceux qui sont un peu différents.

L’aventure se passe majoritairement dans Laléa, et les retours dans notre monde marquent l’évolution des personnages et de leur entourage, nous permet de faire le parallèle entre leur charge de héros et leur quotidien. On découvre des familles variées et des visions du handicap différentes : le père qui ne l’acceptent pas, ceux qui font comme si de rien était, ceux qui couvent leur enfant… Les causes sont diverses et ce tour d’horizon fait du bien.

Au cours de leur aventure nos héros découvrent de petites bestioles adorables qui adoptent les gens, j’ai regretté qu’on en sache pas plus ! J’ai l’impression que l’auteure a beaucoup développé son univers de son coté sans nous en dévoiler plus que ce qui est strictement nécessaire pour l’avancée de l’histoire. Je trouve ça dommage. On sent la profondeur de cette société, on entrevoit le fonctionnement politique avec le maire, l’évocation d’une famille royale… mais on n’en sait pas plus. Ma curiosité a été piquée sans être rassasiée…

Pour ce qui est de l’édition, je n’ai pas grand chose à dire… l’ensemble est un peu daté et pas très maitrisé : le gris est trop dense, les marges extrêmement fines ce qui donnent des pages assez imposante avec le grand format du livre. Mais rien de dramatique, d’autant plus pour quelqu’un dont ce n’est pas le métier ! C’est quand même dommage que la couverture soit pixellisée, ça peut paraitre très superficiel comme remarque mais personnellement je choisis souvent mes livres sur leur couverture… Ce qui serait dommage pour celui ci car je serai totalement passée à coté !

Je remercie l’auteure qui m’a envoyé ce livre (par Livraddict) ! Je suis vraiment contente d’avoir pu le lire 🙂 Vous pouvez retrouver son travail sur don blog

Publicités

2 réflexions au sujet de « de l’autre coté des mondes, Coster (2005) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s